2001-09-15   2003-03-06

pizMO

Yannick Dauby, Jérôme Joy, Valérie Morraja, Julien Ottavi, Jean-Louis Paquelin

Monaco, Nice, Toulon

studioNEX et pizMO
Jérôme Joy a enseigné à la Villa Arson (école pilote internationale d’art et de recherche) de 1992 à 2010. Valérie Morraja a été son élève de 1992 à 1997, et Jannick Dauby a été son assistant au studio son. Des liens se créent et naît alors une collaboration audiovisuelle.

evolutive system | audio network | computing and acoustics | mobile flux and research | audio and multisensory space | ambient sampling duplication replication | sonic glitches and residual sounds | real-time and live results | performed and fixed sounds


Performance pizMO + studioNEX
Le Logoscope, Monaco, 2001-09-15


Performance pizMO + studioNEX
Porte d'Italie, Toulon, 2003-03-06

Texte de Jérôme Joy
Compositeur français qui, depuis le début des années 1980, est présent sur la scène internationale de la musique expérimentale et improvisée, électroacoustique, électronique, temps réel, instrumentale et de la musique en réseau. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jérôme_Joy

En 2001, la première formation de pizMO par Y.Dauby, J. Joy et J. Ottavi a publié et performé jusqu'en 2003 mediatec, pefalm, i.p. et nim, en France, à Monaco et aux USA. En 2012, le trio électronique noise pizMO renaît à Nantes.

pizMO, que nous avions formé à trois (Yannick Dauby et Julien Ottavi m'accompagnant), a été actif entre 2001 et 2003. Depuis mon installation dans la région nantaise, l'idée a germé de faire renaître ce trio (Christophe Havard remplaçant Yannick Dauby, installé depuis plusieurs années à Taïwan), en reprenant les mêmes règles qui ont présidé au moment de sa création. pizMO est un trio électronique d'improvisation prenant l'ordinateur comme instrument (chaque musicien est compositeur, et, dans ce cas, « comprovisateur ») ; les concerts ne sont pas préparés ensemble, aucune instruction, aucune « partition », aucune directive ou indication de jeu : le concert est l'œuvre elle-même, un moment sans véritables limites que chacun d'entre nous anime en direct ce qui se construit au fur et à mesure dans « l'écoute ». Le jeu en trio, dans ce cas similaire à un trio instrumental, permet la construction non concertée d'une répartition des registres (matériaux, occupation du spectre sonore, etc.) et d'une animation de dialogues (ou « trilogues ») en direct créant des fusions de matières et de timbres, des articulations de mouvements, et des jeux d'intensité. Le trio utilise des sons électroniques produits par synthèse et par traitements d'enregistrements (qui sont rendus non-reconnaissables par le fait qu'ils sont manipulés dans le son même, par l'utilisation extrême de stretching, par exemple). L'utilisation de sons électroniques permet de réaliser des matières très saturées et très bruitées qui évoluent continuellement par des jeux de variations, de superpositions, de masquages, de filtrages, d'éclairages et de ruptures, et qui prennent toute leur valeur dans des contrastes d'intensité sonore proche le plus souvent d'un niveau extrême (pour anecdocte, lors d'un concert en 2001 à Monaco, le trio pizMO avait déclenché les alarmes sismiques dans le bâtiment où il jouait sur le Rocher, provoquant le débarquement des équipes d'urgence de la police, de la sécurité et des pompiers, en plein milieu du concert). Le trio joue à fort volume afin d'obtenir une immersion sonore très physique et de proposer une écoute modulant sur des variations fines au sein des matières jouées. Cette immersion requiert d'équilibrer chaque concert sur des durées longues de l'ordre de 60 minutes environ. L'enjeu instrumental et compositionnel se base sur les choix des matériaux timbraux (complémentaires et permettant de créer des homogénéités et des variations de celles-ci) et sur la capacité à gérer des formes dynamiques sur des moments longs. En fait chaque jeu individuel est à la fois force de proposition et capacité d'écoute des autres jeux et de ce qui est en train de se passer : ce qui demande une précision et une disponibilité à tout moment. pizMO est un trio laptop instrumental timbral basé sur l'improvisation et la composition en direct.