2017-06-30   2017-07-16

Festival du Peu

Philippe Bresson, Izabela Dziepak, Faben, Alberte Garibbo, Jacques Godard, Stéphanie Hamel Grain, Hala Hilmi Hodeib, LODH'1 Demon Harvey, LODH'2 LOLO, César Piette, Isabelle Poilprez, studioNEX (Valérie Morraja et Jean-Louis Paquelin), Florian Schönerstedt, Renata Szyrocka, Bernard Taride, Monique Thibaudin, et Pascal Claeren

Festival du PEU, Bonson

Traces au sol, empreintes multiples, pigment blanc, pochoir Street art, collage L’histoire fabuleuse de Lu amic, conte, livret, impression format A5 Parcours sonore en réalité augmentée, composition électroacoustique

Télécharger le livret du conte : LuAmic_livret_170628.pdf (940 ko)

Pour la session 2017 du festival du PEU, Valérie Morraja et Jean-Louis Paquelin (le studioNEX) ont décidé de jouer le jeu et d’exploiter le thème annoncé à savoir la trace/l’empreinte, et bien évidemment avec peu de moyens. Ils développeront le sujet de l'animal imaginaire ou fabuleux, sous forme d'empreintes au sol et de graffiti à mi chemin entre graff et trompe l'œil, d’un récit intitulé Lu amic racontant une fabuleuse histoire distribué à chaque visiteur, et d’un parcours sonore en réalité augmentée.

Le commissaire d’exposition est Frédérik Brandi, directeur du CIAC Carros.

Le conte intitulé Lu Amic a été écrit par Valérie Morraja et Jean-Louis Paquelin. Il fait partie d’une installation d’art contemporain présentée à Bonson par les deux artistes à l’occasion du Festival du Peu 2017. L’installation propose une déambulation dans le village. Elle se compose d'un livret contenant le récit du conte, d’un dessin mural représentant Lu Amic, d’empreintes de pas, traces éphémères de son passage et d’un parcours sonore accessible grâce à une application géolocalisée pour smartphones.

Comme le conte, le dessin représentant Lu amic est d'inspiration médiévale. L'être est difforme mais néanmoins amical - lu amic signifie d'ailleurs l'ami en nissart, le dialecte provençal parlé dans la région de Nice où se situe Bonson - ses attributs physiques raccontent son histoire.

Photographie de l'installation


Photographie de Valérie Morraja procédant au collage


Photographie de Valérie Morraja procédant au collage


Photographie montrant deux personnes lisant le conte dans les rues de Bonson


Photographie de Lu amic au fond de la ruelle


Photographie d'une rue de Bonson montrant les traces laissées par Lu amic sur son passage


Photographie en gros plan d'une trace laissée par Lu amic sur son passage


Festival du PEU : création, culture et lien social

En 2003, l'artiste Jean MAS, membre de l'École de Nice et Jean-Marie AUDOLI, maire de Bonson concrétisent ensemble l'idée d'un festival où chaque habitant du village créerait son œuvre. Puis, au fil des années, le festival n’a cessé de proposer une expérience unique, afin de reconsidérer la création en dehors des postures habituelles du milieu de l’art. L’évènement est atypique jusque dans son mode de présentation. L’exposition prend possession du village entier, aussi bien dans des espaces convenus qu’inattendus. Faisant appel à tous les modes d’expression, de l’art monumental à la performance, donnant à voir les productions d’artistes émergents comme celles de créateurs confirmés, le Festival du Peu représente aujourd’hui une proposition unique dans le paysage artistique de la Côte d’Azur. L’esprit festif des Bonsonnois vient compléter ce programme culturel par des repas conviviaux ouverts à tous les visiteurs de l’exposition. L’objectif de l’évènement, en plus de l’intérêt artistique, est de renforcer le lien social et de favoriser de nouvelles formes d’initiatives. Le Festival du Peu favorise la sensibilisation à l’art de toutes les générations, encourage les nouvelles idées et facilite la participation de tous. Les artistes de l’exposition sont en grande majorité originaires de la Côte d’Azur et de ses environs. Depuis 2003, 180 artistes ont exposé au Festival du Peu.